Busy Oh really

Aurélie alias "Oh really" A Byron Bay et ses environs, Le quotidien, Le travail, S'installer en Australie 2 Comments

Les vacances au Vietnam sont maintenant bien loin. Une fois la rentrée passée, il a fallu augmenter la cadence. Plus le temps de me lamenter sur mes lacunes en anglais et mes amis qui me manquent.
Changement de professeur, changement de niveau et changement de classe. Liese est ma nouvelle prof. La soixantaine, originaire de Nouvelle-Zélande, un peu excentrique, un peu comédienne et toujours la pêche. Bien qu’elle soit toujours incapable de prononcer correctement mon prénom après 1 mois de classe, je l’apprécie et c’est un bon professeur. Elle corrige nos erreurs et nous rabâche sans cesse ce que l’on doit parfaitement intégrer. Les cours sont exclusivement basés sur l’International English Language Test System – IELTS. Un examen que je vais essayer de passer avant mon retour en France tant que c’est encore frais dans ma tête. Nous sommes 11 dans la classe : 2 mexicaines, 2 espagnoles, 2 suisses, 2 russes, une brésilienne et nous sommes deux français. Le rythme est un peu plus soutenu qu’en anglais général. Moins de temps de pause et de temps pour déjeuner, pas de vendredi après-midi de libre et minimum deux pages de devoirs à faire à la maison le soir. Durant les premiers jours, je m’endormais comme une souche à peine rentrée à la maison. J’étais épuisée. Au moins avec ça, mon anglais devrait bien se porter.

Lors du week-end qui a suivi ma première semaine de cours j’ai aussi décroché un travail. La saison des mariages arrivant à grands pas, la compagnie pour laquelle mon colocataire – Adrian – travaille, avait besoin de renfort pour assurer le service. Grâce à lui, je travaille dorénavant le samedi pour Byron Bay wedding. Pour l’instant je n’ai travaillé qu’à Byron View farm. Un lieu magique en haut d’une colline avec une vue imprenable sur la mer. L’endroit parfait pour un mariage de rêve. Y travailler n’est pas aussi glamour mais ça ne me déplaît pas. Mon premier jour fut apparemment le pire. J’ai travaillé 13 heures d’affilées dont la majorité du temps au bar avec des invités que l’alcool rendait difficile à comprendre. Ça m’a rappelé mon expérience difficile au Splendour festival. Heureusement cette fois, je n’ai pas été “lâchée” dans la fausse sans explication. J’avais la chance d’avoir avec moi Sarah, la copine d’Adrian, qui du fait de sa nationalité belge, a pu tout m’expliquer en français. Les autres mariages ont jusqu’à présent été plus calmes. J’ai moins travaillé mais je ne suis jamais rentrée chez moi avant minuit. La restauration n’est définitivement pas un métier facile. Rester debout pendant des heures, garder le sourire en toutes circonstances et rester concentrée pour ne rien renverser sur les jolies robes et costumes des convives. Tout un métier. Avant l’arrivée des invités, il faut également préparer la table. A cet instant on se demande quel type de personnes sera là ce soir. Des gens grossiers, impolis et méprisants envers le personnel ou au contraire des gens bien élevés et pleins de bienveillance. Parfois il y a des deux et heureusement je n’ai encore jamais eu aucun soucis avec l’un d’entre eux.
Les mariages à l’australienne sont sensiblement différents des nôtres. Pas de mariage à la mairie, ici un célébrant officie la cérémonie. N’importe qui peut être un célébrant. Il suffit juste de suivre une courte formation et d’obtenir l’habilitation. Après la célébration du mariage les gens prennent un verre accompagné de petits fours. Ils passent à table vers 18h. Les plats défilent ponctués par des discours. Vers 20h les invités commencent à danser. A 22h30 un bus vient les chercher et tout le monde repart en fort état d’ébriété vers Byron Bay. Seuls les nouveaux mariés restent dormir sur place.
Du côté personnel, la soirée se finit jusqu’à minuit par plonge, rangement et nettoyage. Je rentre chez moi les pieds en compote avec un léger mal de crâne le lendemain pour être restée tout l’après-midi au soleil. Je gagne juste assez pour payer mon loyer et un même un peu plus. Les gens avec qui je travaille sont toujours charmants et j’ai la chance de travailler dans un lieu magnifique.

Mes semaines sont donc bien remplies. Entre mes cours, les devoirs et le travail, je n’ai pas beaucoup de temps pour souffler, aider Simon pour le bus et écrire sur ce blog. J’arrive quand même de temps en temps à voir mes copines après les cours ou le dimanche pour pouvoir profiter un peu de la plage et observer les nombreuses baleines qui bondissent hors de l’eau le long de la côte.

Dans les semaines qui viennent, Simon et moi allons devoir étudier consciencieusement les possibilités qui s’offrent à moi pour que je puisse rester en Australie après l’expiration de mon visa étudiant. Un gros dossier en perspective…

Comments 2

  1. Eh bien, tu n’as pas le temps de t’ennuyer !!
    Voilà une vie riche et bien pleine, et je suis sûre que tu apprends tous les jours quelque chose de nouveau. Tiens bon, les vacances de Noël seront bientôt là 😉

  2. La 1ere photo où tu ecris dans ton cahier est absolument sublime, avec cette lumiere magique à la Harry Potter !
    Bon, ton niveau d’anglais doit progresser a grands pas. Good for you, baby. Many kisses, ciao.

Leave a Reply

Your email address will not be published.