Bien arrivée à Valla

Aurélie alias "Oh really" A Valla et ses environs, Le quotidien 6 Comments

Les deux jours de route pour arriver à Valla m’ont semblé interminable. Juste un peu d’aventure a rendu la première partie du voyage distrayant. La voiture et sa remorque étaient une fois de plus chargées jusqu’au dernier cm3 et l’ascension en épingle à cheveux jusqu’au sommet de la vallée s’est faite laborieusement. Soit dit en passant, lors de la montée nous avons traversé une magnifique forêt de fougères arborescentes et d’eucalyptus dont on voyait à peine la cime. Le paysage a radicalement changé une fois arrivés sur le plateau. Des étendus d’herbe jaune et un paysage désertique. C’est à ce moment que les choses ont commencé à se corser. Le voyant de réserve s’est allumé et mon GPS indiquait qu’il n’y avait pas la moindre station essence à moins de 45 km. Je nous imaginais déjà en panne d’essence en plein bush sous un soleil de plomb, à se demander si une dépanneuse pourrait nous prendre en charge avec une telle remorque ou si je devrais rester dans la voiture à attendre que Simon revienne avec un jerrican. Simon a arrêté la première voiture qui a bien voulu nous escorter jusqu’à la prochaine bourgade dans l’espoir de trouver quelqu’un qui pourrait nous vendre un peu d’essence. Il a finalement trouvé un sympathique propriétaire de toutes sortes d’engins agricoles qui avait justement fait sa réserve de jerricans la veille. Il nous a dit que nous étions vraiment chanceux. Nous avons pu reprendre la route en y laissant quelques dizaines de dollars et la seule demi bouteille de Bourbon que nous avons trouvé à portée de main dans la voiture (non non nous ne la buvions pas en conduisant).

Après avoir traversé Sydney sous une pluie diluvienne, le temps s’est progressivement amélioré. Les nuages se sont éclaircis au fil des kilomètres puis se sont dispersés pour laisser place à un immense ciel bleu. Dehors l’air était plus lourd, plus tropical. Nous nous rapprochions petit à petit d’un climat auquel nous allions devoir nous habituer.

‘Plus qu’une heure de route où chaque minute en paraît dix. Je commençais à être nerveuse. Et si j’étais déçue ? Commencer une nouvelle vie dans un endroit qu’on n’a jamais vu est pour le moins inhabituel d’autant plus qu’elle y implique mon copain et le père de mon copain.’

Nous avons quitté l’autoroute. D’immenses eucalyptus et des vergers de Macadamias accompagnent les 5 dernières minutes de voiture qui nous séparent de la maison. Nous y sommes enfin.
J’ai le sourire figé sur mon visage pendant les deux heures qui suivent mon arrivée. Pas de grande surprise concernant la maison car j’avais observé chacune des photos très minutieusement. En revanche j’ai été complètement émerveillée par le jardin. Aucune de mes tentatives de description ne pourront dire à quel point cet endroit est incroyable. Pendant un moment je me suis demandée si je ne venais pas habiter dans la jungle. Cet endroit ne ressemble en rien à ce que nous petits français, pouvons trouver dans notre pays. Je suis à peine capable d’identifier 1/20 des plantes qui ornent le jardin. Hibiscus, Lavande, Figuier, Philodendrons, Bambous, Frangipaniers, fruits de la passion, Eucalyptus, Jacaranda, Fougères, Géraniums, Bananiers, Iris sauvages, Grevillea, Palmiers… Pour l’instant ce sont à peu près les seules espèces que je suis capable de reconnaître.

Je vais également devoir faire connaissance avec la faune environnante. Un matin, un wallaby est venu traîner devant la porte de notre chambre. De mon lit j’ai pu le prendre en photo avant qu’il ne s’éloigne en quelques bons.

Simon et moi sommes allés faire un tour dans le bois le premier jour. Pour faire fuir les serpents, il s’est muni d’un grand bâton qu’il tapait sur le sol. Après avoir parcouru quelques mètres, mes yeux se sont arrêtés sur une étrange racine verte. J’ai remonté progressivement mon regard pour finalement découvrir qu’à l’extrémité de ce que je pensais être une racine, se trouvait une petite tête de serpent vert des arbres. Ce dernier pour passer inaperçu était aussi immobile qu’une branche d’arbre. Plus loin nous avons du nous courber pour ne pas emporter la toile d’une araignée gigantesque. La fois d’après, je suis partie jouer l’aventurière en troquant mon short par un legging et mes tongs par des bottes en caoutchoucs.

Beaucoup d’oiseaux nous entourent. La mangeoire à graines est fréquentée par des Lorikeets, des pigeons blancs et des perroquets. Quelques kookaburras traînent dans les alentours. Ils ne sont pas sauvages. On peut les approcher de près. D’autres oiseaux occupent les lieux sans qu’on puisse vraiment les voir. Certains arbres sont tellement grands qu’il faut renverser la tête pour en voir la fin.

Nous prenons nos marques petits à petits. J’arrive enfin à m’endormir sans passer des heures à réfléchir à tout ce que j’aimerais entreprendre ici. Nous avons provisoirement aménagé la maison avec les meubles que Simon avait déjà en sa possession ainsi que d’autres que Bill a bien voulu nous prêter pour nous dépanner.
Tomber dans la routine, n’est pour l’instant pas d’actualité. Toutefois, je l’appréhende plutôt sereinement. J’ai le sentiment que la routine à Valla sera pleines de surprises et d’agréables découvertes.

Comments 6

  1. Hello Aurélie
    Je suis tes magnifiques aventures australiennes depuis l’Alsace 🙂
    Je me demandais ce qu’il en était du projet du bus car tu n’en parles plus ?
    La nouvelle maison est fabuleuse!
    On viendra en stage de permaculture chez vous \o/
    Bisous

    1. Post
      Author

      Avec plaisir !
      Le bus est dans le jardin mais il n’est pas fini. Avec les préparatifs du déménagement on a du mettre le projet en pause pour quelques mois mais il est prévu de s’y remettre très vite.

  2. c est le jardin d’Éden . Les rodo. j’en ai chez moi mais le wallaby est remplacé par le chat…
    bonne installation dans ton paradis.
    bisous
    Sylvie

  3. Waouh ! Ça doit être génial d’habiter dans une mini-jungle… sauf pour les bestioles pas très sympas !!
    Tu commences à prendre tes marques dans ton nouveau “home” ?
    J’ai hâte de voir comment vous allez aménager votre petite maison et le jardin.
    En tout cas, vous avez de quoi faire pour les prochains mois 😉
    Bises

Leave a Reply

Your email address will not be published.